la restauration - conservation
Le diagnostic

L’examen in situ est obligatoire. Des relevés visuels et photographiques sont réalisés à hauteur : Ils permettront en s’approchant le plus près du vitrail d’évaluer les désordres de l’ensemble des fenestrages, de les repérer, de les quantifier et d’identifier leurs causes. Parallèlement une recherche permettra de mieux comprendre le vitrail, son histoire, le contenu des messages, les représentations, religieuses ou profanes.

visualiser Les étapes du diagnostic.

 

diagnostic

mise en plomb

photos : G. David - CAPEB

La restauration

Elle a pour objet la mise en oeuvre des prescriptions pour rendre le vitrail compréhensible, fonctionnel, esthétique, durable en sacrifiant au minimum son intégrité originelle. Le travail de restauration se déroule en atelier.

  • dépose : les panneaux sont identifiés et numérotés selon le code international.
  • lavage : Les panneaux, souvent recouverts de salissures sont lavés d’abord à l’eau clair (ph neutre) par trempage prolongé. Parfois l’eau seule ne suffit pas. Un traitement spécifique après analyse est alors nécessaire: Les solvants et autres produits doivent être reconnus neutres pour les verres, les peintures, les émaux. Des dépots de micro-organismes peuvent être combattus par des bactéries (levure)
    Toutes les pièces de verre sont démontées.
  • réparation des pièces de verre : Les pièces cassées sont recollées selon diverses techniques (colles ou résines réversibles). Certaines pièces sont doublées par une autre pièce thermoformée ; Les lacunes de peinture seront reprises avec une peinture à froid. Les pièces manquantes sont recrées.
  • la remise en plomb est complète.
  • le mastic assure l’étanchéité entre ze verre et le plomb.
  • les barlotières et autres structures métalliques de maintient sont traitées anticorrosion ou remplacées.
  • les vitraux sont remis en place et calfeutrés au mortier de chaux aérienne.